Commémoration

Commémoration de Lionel Groulx 23 mai 2020

 

Commémoration de Mgr Bourget 8 juin 2020

 

Commémoration de Maurice Richard 4 août 2020

View this post on Instagram

Des membres du Front Canadien français sont allés au Centre Bell commémorer le 99e anniversaire de Maurice Richard, le plus grand hockeyeur de tous les temps et un héros Canadien français. Nous n’étions pas là pour commémorer les exploits sportifs de Maurice Richard (bien qu’ils soient très impressionnants), mais pour le rôle symbolique qu’il a joué dans la résistance française en Amérique contre l’hégémonie culturelle anglo-américaine. Malheureusement, avec la commercialisation et le cosmopolitisme qui ont gangréné le monde du sport, il est difficile de s’imaginer une légende comme lui refaire surface à notre époque. Le jeune hockeyeur ne joue plus pour sa ville, pour sa région ou pour sa nation, mais pour satisfaire des intérêts financiers. Afin que le sport reprenne son esprit national, nous rappelons le parcours de combattant que représente la carrière du Rocket. Souvenons-nous de son implication dans la survie du fait français en Amérique et de la fierté qu’il nous a donnée.

A post shared by FCF (@lefrontcanadienfrancais) on

 

Commémoration de Maurice Duplessis 7 septembre 2020

View this post on Instagram

Aujourd’hui, en ce 7 septembre 2020, le FCF commémore Maurice Duplessis, premier ministre du Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. Monsieur Duplessis n’était pas simplement un premier ministre parmi tant d’autres. Il était l’homme qui fit renaître la fibre nationaliste chez les Canadiens français, fibre qui s’était endormie depuis la fin du XIXe siècle. Sa défense de l’autonomie provinciale fut le point de départ du renouveau indépendantiste qui souffla sur le Québec par la suite. Son combat contre le communisme, bien qu'ancré dans son temps, est cependant toujours d’actualité. Quand nous voyons les effets dévastateurs que cette idéologie produit lorsqu’on la laisse se propager dans nos institutions publiques, nous réalisons que monsieur Duplessis avait peut-être raison trop tôt. Mais surtout, monsieur Duplessis comprenait l’importance de la présence catholique dans la fabrique sociale québécoise, puisqu'il était un ardent défenseur du rôle de l’Église dans l’éducation de notre jeunesse. Le cours classique comprenait des cours de latin, de grec, de littérature classique, de philosophie et surtout, il formait des serviteurs du Christ-Roi. L’école publique libérale forme des gens médiocres, sans but et sans motivation, qui ne font qu’errer à travers le marché du travail. Duplessis fit front sur ces positions jusqu’à sa mort, et c’est pour cela que nous nous devons de le commémorer.

A post shared by FCF (@lefrontcanadienfrancais) on